La Religion de l’Amour

La vie de Rûmî bascula le 9 novembre 1244, jour où Shams de Tabriz fit irruption dans sa vie! Shams, ce derviche errant, à la recherche du réceptacle qui pourrait contenir, comprendre et diffuser la richesse du Savoir qu’il avait engrangé, le trouva en la personne de Rûmî ! De cette rencontre est issus la beauté de l’enseignement de Mawlânâ : la Religion de l’Amour !
Tout ce que Rûmî avait vécu avant, sa formation de théologien et de soufi, ses ascèses, ses expériences spirituelles avaient été, il le dira plus tard, une préparation à ce qu’il allait vivre avec Shams de Tabriz. Rûmî était un maître accompli, certes, pourtant il découvrit à travers l’enseignement de Shams de Tabriz, la vision de la théophanie !
En acceptant de voir sa vie basculer sens dessus-dessous, Rûmî, nous démontra ô combien il est important de faire confiance en la Sagesse de l’Aimé ! Il fit l’expérience de l’Union mystique, et comprit qu’il n’y a qu’Une Source, la même pour tous les êtres vivants : DIEU ! Au-delà de toute croyance, de toute attachement à une forme religieuse, au-delà de tout ce qu’il avait découvert jusqu’alors ! Rien, selon son expérience d’Union mystique, ne peut exister hors l’Amour de Dieu ! Il nomma dès lors cela “La Religion de l’Amour” et toutes ses oeuvres traitent de ce thème !
La puissance alchimique de l’amour est un thème que nous retrouvons dans bien des poèmes. L’Amour spirituel peut tout transformer, tout sublimer, pour peu que l’amant ait la force de s’anéantir, de se vider de l’égo qui est le seul obstacle à l’union d’avec l’Aimé. [La Religion de l’Amour] 

Il est survenu l’Amour
Comme le sang, il coule dans mes veines,
Il m’a vidé de moi, il m’a rempli de l’Aimé.
L’Aimé a envahi chaque parcelle de mon être
De moi, ne reste qu’un nom
Tout le reste c’est Lui.

Sache avec certitude
Que les amants sont hors religion;
Dans la religion de l’amour
Ni fidèle, ni infidèle.
Dans l’amour il n’y a
Ni corps, ni raison, ni coeur, ni âme
Quiconque n’est pas comme ça
N’est pas comme ci !

Le véritable Aimé est unique et entier, Il est ton commencement et Il est ta fin. Une fois que tu L’as atteint, tu n’attends plus rien. (Mathnâwî III)

Podcast et intermède musical: La Religion de l’Amour

Faran ensemble le site du groupe de musique

Haut de page