Le coeur est un jardin secret

A travers ces quelques Quatrains, nous sommes invités à pénétrer dans les méandres du coeur et y découvrir ses mystères. Le coeur est un jardin secret où se cachent des arbres, nous dit Rûmî, il manifeste cent formes, mais il n’a qu’une seule forme.
Le coeur est pareil à l’eau pure et limpide, osons regarder s’y refléter la lune !

O brise du matin, apporte-nous un message :
As-tu vu dans le chemin ce coeur plein de feu,
As-tu vu ce coeur embrasé et rempli de passion
Qui a incendié cent rochers de sa flamme ?

O mon âme, il est un passage entre ton coeur et le mien,
Ayant trouvé la porte, mon coeur connaît l’éveil.
Mon coeur est pareil à l’eau pure et limpide :
Dans le miroir de l’eau claire se reflète la lune.

On me dit : “Le coeur nourrit une autre passion
Il s’est éloigné de nous, il désire un autre lieu.”
Quand il est revenu, s’excusant, je l’enmtendis murmurer
Qu’il préparait pour moi, là-bas, une autre nourriture.

Le coeur est un jardin secret où se cachent des arbres
Il manifeste cent formes, mais il n’a qu’une seule forme.
C’est un océan immense, sans limite et sans rives
Cent vagues s’y brisent : Les vagues de chaque âme.

Parler de toi me rend silencieux
La douceur de tes actes me rend inactif
J’ai couru de ta cage à la demeure du coeur
Le coeur est devenu cage, et m’a rendu ton captif.

La fumée de notre coeur est le signe de notre passion, ô mon coeur !
Cette fumée qui émane du coeur est visible,
Chaque vague qui passe dans le coeur est du sang
Ce n’est pas un coeur, serait-ce un océan, ô mon coeur ?

Podcast et intermède musical: Le coeur est un jardin secret

Haut de page

La patrie des âmes

Ode mystique 999

Merveilleux texte illustrant l’âme de l’Âme, l’Origine du monde, la Raison de l’espace.
Rûmî nous permet à travers cet Ode, de découvrir la Sagesse de l’Essence du miroir !

De la patrie des âmes sont venues les armées de l’Âme.
Les armées du visible et de l’invisible sont venues.
Le vêtement de ma patience est déchiré du haut en bas,
Car du chemin de l’âme sont arrivés ceux qui déchirent les vêtements.
Les beautés de l’âme ont mis leurs voiles
Et sont parties à la recherche du Roi du monde.
Tel un torrent impétueux, elles sont descendues d’au-delà de l’espace,
Et en dansant sont venues vers l’espace.
L’Image qui se trouve dans le coeur a détruit toutes les images.
Celles qui sont voilées sont venues conquérir le royaume.
Tout ce qui était visible est devenu invisible,
Tout ce qui était invisible est devenu visible
Tout ce qui possédait un signe est devenu dénué de signe,
Tout ce qui était sans signe est devenu pourvu de signe.

Podcast et intermède musical: La patrie des âmes
CD disponible sur Amazon

Haut de page

Un maître

Sur le chemin qui nous mène à Dieu, nous avons besoin d’un maître, d’un guide de confiance, tous. Comment le reconnaître et où le trouver ? Voici ce que nous dit Shams de Tabriz dans une des quarante règles de la religion de l’Amour :

“Il y a plus de faux gourous et de faux maîtres dans ce monde que d’étoiles dans l’univers. Ne confonds pas les gens animés par un désir de pouvoir et égocentristes avec de vrais mentors. Un maître spirituel authentique n’attirera pas l’attention sur lui ou sur elle, et n’attendra de toi ni obéissance absolue et admiration inconditionnelle, mais t’aidera à apprécier et à admirer ton moi intérieur. Les vrais mentors sont aussi transparents que le verre. Il laissent la lumière de Dieu les traverser.”

Et dans le Mathnâwî livre IV, nous pouvons lire :

Prends garde ! Ne cours pas à la poursuite de l’âme charnelle […]
Si tu pars, pars à la poursuite de l’Anqâ du coeur, vers le mont Qâf et la mosquée lointaine du coeur.
A chaque instant une nouvelle plante, provenant de ta cogitation, pousse dans ta Mosquée lointaine.
Comme Salomon, rends-lui justice : étudie-la, ne la repousse pas du pied,
Parce que les diverses sortes de plantes indiquent l’état intérieur de cette terre ferme !
[…] Chaque sol est révélé par ses plantes.
C’est pourquoi le sol du coeur, dont la pensée est la plante – ces pensées révèlent les secrets du coeur.
[…] Ô Dieu qui connais les secrets et qui es bienveillant en paroles, ne nous dissimule pas les défauts de l’action mauvaise,
Et ne nous montre pas l’imperfection de l’action bonne, de peur que nous ne devenions découragés et loin de parcourir la Voie.”

Le premier Vrai Maître est en nous et c’est Lui qui nous guide, si nous l’écoutons, à la rencontre d’un maître authentique, qui saura nous accompagner et nous faire découvrir les Beautés intérieures, notre Véritable nature de perfection !

Podcast et intermède musical: Un Maître

Haut de page

La présence de Dieu

Parmi les quarante règles de la religion de l’Amour, Shams de Tabriz nous invite à revisiter nos croyances, notre engagement, à nous souvenir que c’est lorsque nous sommes en relation que nous pouvons le mieux nous connaître, nous découvrir, nous rencontrer et de ce fait, trouver la présence de Dieu en nous-même. Accepter le miroir que représente un partenaire, un ami sincère, un proche, pour éveiller notre conscience et cheminer vers Dieu est, il est vrai, bien souvent difficile mais ô combien important ! Ne peut se refléter dans un miroir que ce qui se présente devant lui …

L’esseulement, nous dit Shams de Tabriz, et la solitude sont deux choses différentes. Quand on est esseulé, il est facile de croire qu’on est sur la bonne voie. La solitude est meilleure pour nous, car elle signifie être seul sans se sentir esseulé. Mais en fin de compte, le mieux est de trouver une personne. La personne qui sera votre miroir. N’oubliez pas que ce n’est que dans le coeur d’une autre personne qu’on peut réellement se trouver et trouver la présence de Dieu en soi.

Haut de page

L’ombre et la lumière

Merveilleux Ode mystique qui nous redit la souffrance de la séparation d’avec Lui. Combien importante est Sa lumière pour nous conduire sur le chemin qui nous ramènera à Lui ! L’ombre et la lumière nous invitent tout au long de notre route à méditer sur Sa présence !

O flambeau du monde, ta lumière, hier soir, était absente de notre assemblée,
Dis, en vérité, où brillait hier soir le flambeau de ton visage ?
Vois notre coeur qui, dans le désir de ta présence,
Blessé, ne se lasse pas de te chercher, et de prier pour que ta vie soit longue.
Où donc était hier soir ton visage resplendissant ? Où avais-tu planté ta tente ? Où se trouvait ta suite et ton armée ?
Le bonheur est là où ta beauté se dévoile.
Le lieu où tu étais hier soir, je sais qu’aujourd’hui le chagrin
L’a rendu semblable à mon coeur, tel une mosquée remplie de l’invocation “là hawl”.
Hier soir, je me suis promené, en gémissant, jusqu’à l’aube;
Ton visage, pareil à la lune, a rayonné ce matin, dispersant mes songes, les faisant s’enfuir.
Tu es l’ombre de la lumière, et nous autres ne sommes que ton ombre.
Qui vit jamais la lumière séparée de l’ombre ?
Parfois, elle est auprès de la lumière, parfois, elle est anéantie en elle.
Auprès de la lumière, c’est Dieu ; anéantie dans la lumière, c’est la vision.
L’ombre, obstinément, tente de rechercher cette étrange lumière,
Afin de s’amenuiser et que la lumière de Dieu l’attire vers Dieu.
Les commentaires sur la séparation et le mélange de l’ombre et de la lumière
Sont inépuisables, même si l’on en apportait en renfort d’innombrables.
La lumière est le causateur, et tout ce qui est cause est son ombre.
Tu es sans cause. Dieu a créé pour chaque chose une cause.
Le causateur et la cause sont l’un pour l’autre comme des miroirs :
Nul ne voit le miroir s’il n’est devenu semblable au miroir.

Podcast et intermède musical: L’ombre et la lumière

CD disponible sur Amazon

Haut de page