Le bonheur est devenu notre voisin

La quête du bonheur et de l’amour est et reste d’actualité à travers les époques, Rûmî nous en parle tout au long de ses enseignements. Je vous partage aujourd’hui une de ses nombreuses merveilles, pur ravissement pour le coeur et l’âme.
Voici l’ode No 142

Le bonheur est devenu notre voisin. Salut aux voisins !
Désormais, il ne restera ni celui-ci, ni celui-là.
Enfin, de l’orient de l’âme a jailli, comme le soleil,
Celui que l’âme cherchait, en public et en secret,
Celui-ci, qui est de loin comme le feu, et de près comme la lumière,
Pareil au Buisson ardent pour vous mettre à l’épreuve.
Salut, ô vous dont les âmes sont semblables aux phalènes, orientez-vous sur ce feu.
Puisqu’au commencement vous avez dit « Oui », acceptez le malheur.
Il est semblable à la salamandre qui demeure dans le feu
Celui qui a dans le coeur et dans l’âme un tel désir et un tel amour.

Podcast et intermède musical: Le bonheur est devenu notre voisin

Haut de page

Sa lumière ne laisse subsister aucun voile

Comment prendre conscience de l’importance de vivre en toute confiance dans l’union absolue en Dieu ? Que Sa lumière ne laisse subsister aucun voile ? Que la voie de l’anéantissement en Lui l’emporte même sur TOUT ?
Pour ce faire, voilà ce que Rûmî nous dit au travers de l’Ode No 131.

Je suis allé, comme Moïse, au temps du désir et de la vision,
Vers le Mont Sinaï. O ! joie ! O ! joie !
J’ai vu là un sultan, un Khosraw, qui accroît la vie,
Qui ravit les coeurs, qui ennoblit l’âme, plein de grâce et de beauté.
Le Mont Sinaï, la plaine et la campagne, par le reflet de sa lumière
Sont devenus pareils au paradis éternel, remplis d’éclat et de gloire.
Les échansons, lumineux comme l’argent, la coupe d’or à la main,
Présentaient aux yeux de notre Roi un visage semblable à la lune rayonnante.
Par Sa beauté, les visages pâlis devenaient pleins d’éclat ;
La poussière de Ses pas illuminait, tel un collyre, les yeux des amis intimes.
Le chant célébrant Son amour remplissait la terre de ferveur ;
Le désir de l’union avec Lui jetait le firmament en un tournoiement sans fin.
Quand ce Roi des rois jette un regard sur l’anéantissement,
L’anéantissement l’emporte sur la vie éternelle.
Le ménestrel, à cet endroit, confond les mélodies
Car Sa lumière ne laisse subsister aucun voile.
L’ombre de Sa grâce est unie au soleil de Sa faveur.
La coïncidence des contraires est rendue possible par la perfection de Son amour.
Quand la brise matinale a retiré le masque de Son visage,
L’image de toute chose s’est effacée et s’est anéantie,
Mais dans cet effacement, l’existence est devenue centuple.
L’existence de l’effacement et l’effacement de l’existence sont devenus apparents à mes yeux.
Dès que j’ai vu, au-delà de ce monde pareil à l’âme,
Les atomes pleins de fidélité et de pureté dans leur désir pour Lui,
Je suis devenu tellement confus devant Lui que la nécessité
A chaque instant s’impose à moi de briser le Zonnâr.
J’ai dit : « O beauté pareille à la lune, je me repens, ne repousse pas les repentirs ».
Il répondit : « Tu as bien du chemin à faire avant de voir ce qu’est le repentir ! »
Il disait vrai : je suis loin de ma beauté au visage de lune,
Comme le pèlerin égaré dans le désert plein des ronces de la mort.
La lumière de cette lune est pareille à l’étoile de Canope, la ville de Tabrîz semblable au Yémen ;
Tout cela n’est qu’images de notre Roi qui règne dans les hauteurs.

Podcast et intermède musical: Sa lumière ne laisse subsister aucun voile

Haut de page

La divine lumière arrive onde par onde

  1. Shemsi Husser 3:48

Haut de page

La divine lumière arrive onde par onde

Comment ne pas partager les merveilles de Rûmî, elles qui continuent de nourrir les âmes et d’éveiller l’esprit à la présence de la divine Lumière après tant et tant d’années ?
Le temps n’a pas d’importance dans la voie invisible, dans l’immensité de la Grande Félicité. Ouvrons nos coeurs à la divine lumière qui arrive onde par onde tout au long de notre parcours terrestre ! Ouvrons nos esprits à la réalité de la divine présence en tout, à chaque instant afin de ne pas être surpris par la peur ou la crainte quand arrivera l’heure de « se purifier de soi-même » !
Dans l’ode No 997 Rûmî parle de la relation d’amour de l’âme et du corps qui finalement reste pure lumière après la séparation….

Voici la tunique de Joseph, et voici son parfum ;
Et puis le voici lui-même qui arrive.
L’odeur du vin de rubis annonce cette bonne nouvelle ;
« Après moi, voici venir la coupe et la calebasse ».
Ton âme qui dit : « Ana-l-Haqq » est devenue Mansûr.
La divine lumière arrive onde par onde.
L’eau ne subit aucun tort de la part de la pierre,
Mais l’aiguière est brisée par la pierre du malheur.
L’eau de la vie est au-delà de la conscience la plus profonde,
Creuse un lit, car l’eau arrive au ruisseau.
Jette de l’eau sur la face de la jalousie ;
C’est cette jalousie aussi qui fait tourbillonner la poussière au gré du vent.
L’amour et l’intelligence combattent au sein de la maison ;
Leurs cris à tout instant parviennent dans le quartier,.
Tous les dons que fait l’amoureux
Finalement lui reviennent à lui-même.
Bien que la mariée ait reçu de son mari maints cadeaux,
Elle et sa dot n’appartiennent-elles pas à son époux ?
Tu as demandé au ciel un aliment du Paradis :
Lève-toi et purifie-toi de toi-même.

Podcast et intermède musical: La divine lumière arrive onde par onde

Haut de page

O toi, Visage de l’Amour éternel

Cet Ode de Rûmî, est un appel, un rappel … un hommage rendu …
A travers les épreuves plus ou moins douloureuses de ce monde, il nous invite à retrouver le chemin de l’Union divine, à ne pas rester prisonnier des émotions, des désillusions, des tourments imposés dans ce monde-ci. Il nous rappelle que quelles que soient les expériences, l’âme, bien que prisonnière de ce corps, n’est pas séparée de la plénitude du TOUT.

O toi dont la chaleur cachée derrière les voiles est pour nous l’été !
O toi collyre de l’oeil de l’âme, où donc es-tu parti ? Reviens,
Afin que l’eau de la miséricorde jaillisse du sein des flammes,
Que la verdure surgisse des terres arides, que les tombes deviennent des jardins,
Afin que le raisin soit mûr et que notre pain soit cuit.
O Soleil de l’âme et du coeur ! O toi par qui le soleil est humilié !
Regarde enfin comment ont emprisonné notre âme cette eau et cette argile.
Maintes fois les épines sont devenues roseraies, par amour de ton visage,
Jusqu’à ce que cent mille aveux aient jailli de notre foi.
O toi, Visage de l’Amour éternel ! Tu es apparu dans la beauté d’un corps
Afin de guider l’âme, hors de cette prison, vers l’Unique …
Dans le sombre chagrin, fais apparaître la joie, de cette nuit profonde fais sortir le jour,
Un jour étrange, plein de merveilles, ô notre aurore qui répands la lumière !
D’une perle de pacotille tu fais une perle d’un pur orient, tu rends jalouse Zohra elle-même.
Tu transformes le pauvre hère en monarque. Longue vie à toi, ô notre sultan !
Où sont les yeux capables de te voir, afin de parvenir à ta poussière ?
Où est l’oreille intelligente capable d’entendre nos discours ?
Quand le coeur compte les bienfaits, rendant grâces de ces douceurs,
De chaque atome de notre corps, le désir s’écrie.
Le son du tambourin s’est élevé de l’âme, afin que les parcelles se joignent au tout,
Fleur à fleur, rose à rose, hors de notre prison d’épines.

Podcast et interméde musical: O toi, visage de l’amour éternel

Haut de page