Dans la mer divine

Rûmî à travers l’Ode mystique No 77 nous invite à méditer sur le sens de l’Esprit. Sur ce qui Le rend vivant, sur son lieu de résidence. Il nous interpelle sur la nature du véritable Trésor et nous rappelle que “l’eau de la vie” est la véritable Eau qui nous donne la vie éternelle.

Pour faire grandir l’esprit, il faut l’eau de la vie ;
Dans la mer divine, le poisson doit être l’âme tout entier.
Puisque cette ruine d’eau et d’argile est devenue la demeure du hibou,
Comment un tel lieu conviendrait-il au vol du homâ
?
Devant l’éclat de ce bonheur, les yeux seront éblouis :
N’attire pas de ce côté l’aveugle porteur d’une canne.
Si tu es de pur aloi, pourquoi t’éprendre de la monnaie de billon ?
A quoi bon penser aux trésors qu’on distribue ?
Celui qui est affligé sait où se trouve l’équité :
Que cent coeurs soient sacrifiés à cette vie éternelle !
Le coeur ne vaut pas moins que le fer ; or, n’est-ce pas le fer qui connait
L’aimant en qui se révèle la faculté d’attirer l’acier ?
La raison est venue dans le monde terrestre à la recherche de l’amour ;
Pour celui qui manque de fidélité et de sincérité, la raison est inutile.

Intermède musical de Music of Turkey by Kudsi et Süleymann Erguner   Podcast : Dans la mer divine

Haut de page

L’Ame

Quelques quatrains de Rûmî pour nous rappeler notre appartenance à l’Ame, pour nous souvenir que nous n’existons pas, que Lui seul EST, que hors Lui rien n’existe…

Il y a beaucoup d’âmes pour tous les vivants, sauf l’Ame
Il y a beaucoup de pains pour ceux qui cherchent le pain, sauf le Pain
Toute chose agréable à laquelle tu penses en ce monde
Tu peux en trouver l’équivalent, mais non le Bien-Aimé.

O toi, grâce à qui le monde a reçu l’âme,
L’attribut de ton Essence a résolu le problème de l’âme.
La conscience, le coeur et la raison, grâce à Toi, sont devenus la possession de l’âme,
Tu es l’âme de l’âme, la raison de l’âme et le coeur de l’âme.

Tu es la lumière de mon coeur et la paix de mon âme
Tu es la cause de mon trouble et celle de ma paix
Tu me demandes : “Qu’as-tu comme signe de l’Ami?”
Notre signe de l’Ami, c’est d’être sans signe.

Chaque jour tu te lèves à nouveau, ô Bien-Aimé de l’âme !
Tu mets une passion nouvelle dans l’esprit.
Remplis, remplis chaque matin la coupe de l’âme
O toi qui es le père et la mère de mon âme !

Podcast : L’âme  l’intermède musical est de Shâhram Nazéri

Haut de page