Chacun de nos états est un aliment

Aujourd’hui l’ode de Rûmî No 691 nous interroge et nous interpelle.
Il nous invite à prendre conscience de nos états d’âme, de ce que nous disons effectivement à travers eux.
Il nous rend attentifs sur le fait que chacun de nos états est un aliment pour une catégorie de gens.
Dès lors nous pouvons choisir et nous interroger sur : quels (états) aliments nous offrons et à quelle catégorie de gens et desquels nous nous nourrissons.
Autrement dit : Que sommes-nous prêts à vivre aujourd’hui : la recherche d’union avec Dieu ou le désespoir et le conflit ?

Bien que les rossignols aient les meilleurs chants,
Les autres oiseaux ne restent pas silencieux.
Il est vrai qu’ils sont dépourvus d’attraits ;
Cependant, ne glanent-ils pas les graines de la pauvreté ?
Nous-mêmes ne sommes pas moins que des anneaux,
Bien que ces rois soient les joyaux qui les ornent.
Si l’on ne désire pas entendre mes plaintes
Pour quelle raison m’a-t-on donc créé ?
Le doux et l’acide sont tous deux au goût du roi,
C’est pourquoi furent placées ici-bas deux marmites.
Il faut que des mets amers existent aussi à la cuisine,
Car ils plaisent à ceux qui sont ivres.
Chacun de nos états est l’aliment d’une catégorie de gens :
C’est par cette nourriture que sont fortifiés les êtres invisibles.
Les oiseaux de l’âme qui arrivent du ciel
Ne restent sur terre que deux ou trois jours seulement.
S’ils sont envoyés du ciel,
Bien qu’ils soient les astres de la foi,
C’est pour qu’ils connaissent tout le prix de l’union avec Dieu,
Qu’ils comprennent quelle est la douleur d’être séparé de Dieu.
Si l’on verse sur la poussière de la poudre d’or,
On la recueille, on ne l’y laisse pas.
Shams de Tabriz était un homme de peu de paroles :
Les véritables mystiques sont patients et sincères.

Podcast et intermède musical: Chacun de nos états est un aliment

Haut de page

Qu’elle est grande la grandeur divine

Rûmî nous parle à travers cet ode 92, de l’état d’union au Bien-Aimé. Quelle est grande, la grandeur divine ! Il nous parle de cet état d’anéantissement en Lui, Il n’y a ici plus de séparation, plus de Lui et de toi, Il n’y a que ravissement ! Merveille des merveilles.

Merveilleux jardin, merveilleux jardin qui s’épanouit sur les hauteurs !
Merveilleuse incarnation de la puissance divine, pleine lune merveilleuse, que Dieu le bénisse et le glorifie !
Merveilleuse gloire de Dieu !  Merveilleuse lumière, merveilleux tumulte et fièvre,
Merveilleuses perles dispersées, merveilleuse sauvegarde, merveilleuse amitié !
Merveilleuse royauté, merveilleuse richesse, merveilleuse parole, merveilleux état d’âme,
Plume merveilleuse, aile merveilleuse aux cieux des Théophanies !
Il brise les chaines comme l’âme par son audacité.
Que ce soit Dhu-n-Nûn ou Madjnûn, Leylî ou Leylâ.
Les étendards de Dieu sont apparus de derrière les monts.
Que ce soit le sultan ou l’empereur de Chine, le gouverneur ou le noble.
Qu’est-il arrivé à l’âme, qu’elle ait rejeté au loin le monde ?
Coupe la tête de celui qui dit : “Console-toi !”
Puisque Dieu a créé le monde sans intermédiaire,

Qu’importent carillons et lois, compliments et saluts !
Que tu sois une parcelle de terre ou l’Esprit loyal,
Quand tu vois cet état dit : “Qu’elle est grande, la grandeur divine !”
Si les cieux n’existaient pas, on ne se lamenterait pas de Dieu,
Il n’existerait point de coeur affligé : ne pousse pas de cris, ni de lamentations.
Tais-toi, tais-toi, ne vante pas tes marchandises.
Tu es le vin inconscient : purifie-toi un instant.
Tu es l’étoffe de coton et le blanchisseur, le raisin et celui qui le foule,
Presse le raisin et tords l’étoffe, mais ne salis pas tes mains.
Garde le silence, garde le silence dans cette assemblée des bons à rien  !
Ne parle pas ouvertement, ne parle pas ouvertement, ni du Seigneur ni de son
serviteur.

Podcast et intermède musical: Qu’elle est grande la grandeur divine

Haut de page

Mon Seigneur sait mieux

Ode troublant que nous livre Rûmî dans ce No 527 !
Troublant et pourtant, ô combien réaliste par les temps qui courent ! Alors qu’il est question de l’avenir de la planète, ces vers nous ramènent à une réalité suprême.
L’homme croit qu’il détient le pouvoir sur tout, qu’il peut agir comme bon lui semble dans tous les domaines, sans tenir compte du Maître Suprême.
Mon Seigneur sait mieux” nous rappelle Rûmî, comme pour nous inviter à reprendre conscience de la place qui est la nôtre dans la Création !

Un souffle jailli du sein de l’amoureux suffirait à incendier le monde,
A disperser l’univers insignifiant, tel des grains de poussière.
Le Cosmos tout entier deviendrait un océan ;
Une terreur sacrée réduirait cet océan à néant.
Nul être humain ne resterait alors, et nulle créature ;
Une fumée s’élèverait du firmament ; il n’y aurait plus d’hommes, ni d’anges.
Hors de cette fumée, voici qu’une flamme soudain brillera sur la voûte céleste ;
En cet instant, le ciel se fendra, il ne restera plus d’existence, ni d’espace.
Un trouble s’élèvera du sein de l’univers, il sera mêlé de deuil.
Tantôt le feu consumera l’eau, tantôt l’eau éteindra le feu ;
Tantôt les vagues de l’océan du néant envelopperont de leur flot le coursier du jour et de la nuit.
Le soleil décroît devant l’éclat de l’âme de l’homme.
Interroge moins ceux qui ne sont pas les confidents du Secret,
Quand le confident du Secret lui-même ne peut te répondre.
Mars perdra sa bravoure, Jupiter brûlera le Livre du monde,
La Lune ne gardera pas son empire, sa joie sera ternie de chagrin.
Mercure sombrera dans la boue, Saturne s’embrasera.
Vénus, chanteuse du ciel, ne jouera plus ses mélodies joyeuses.
L’arc-en-ciel s’enfuira, et le vin, et la coupe ;
Plus de bonheur ni de plaisir, plus de blessure ni de remède ;
L’eau ne s’irisera pas, le vent ne balaiera pas la terre ;
Le jardin ne se livrera plus à la joie, le nuage d’avril ne répandra plus sa rosée.
Plus de douleur ni de consolation, plus d’ennemi ni de témoin ;
Plus de flûte ni de chant, plus de luth, ni de mode, grave ou aigu.
Les causes s’évanouiront ; l’échanson se servira lui-même.
L’âme récitera : “Mon Seigneur est le plus haut !” Le coeur s’écriera : “Mon Seigneur sait mieux !”
Lève-toi, car le peintre de l’éternité s’est mis à l’oeuvre une nouvelle fois,
Afin de dessiner des figures sans pareilles sur l’étoffe bigarrée du monde.
Dieu a allumé un feu pour brûler tout ce qui n’est pas la Réalité :
Le feu brûlera le coeur, brûlera le coeur de cet univers.
Le soleil de Dieu a pour coeur l’Orient ; et l’éclat de cet Orient
Rayonne à tout instant sur le fils de Adham, illumine Jésus, fils de Maryam.

Podcast et intermède musical: Mon seigneur sait mieux

Haut de page

Veux-tu sauver ta vie?

  1. Shemsi Husser 4:02

Haut de page

O Dieu ! N’emmène personne hors d’ici

Rûmî nous a laissé un héritage merveilleux sur la conscience qu’il avait de Dieu. Sur la compréhension qu’il avait acquise de l’Unité. Sur la certitude que rien n’existe hors Lui (Dieu) . Sur le fait qu’il est indiscutable “qu’ici” en Dieu, est le seul Lieu, la Source du TOUT ! C’est un superbe hommage que cet ode No 118.

La lune a tenu sa promesse d’ici :
Jamais nous ne partirons d’ici.
Ici est le secours de la vie de l’âme,
Et les yeux tirent leur joie d’ici.
C’est ici que le pied s’est enlisé dans la boue,
Comment pourrons-nous nous échapper d’ici ?
C’est ici, je le jure par Dieu, que nous avons laissé notre coeur :
O Dieu ! N’emmène personne hors d’ici !
C’est ici que la mort ne pénètre pas.
La mort est écartée loin d’ici.
Tu t’es levé d’ici, comme le soleil,
Tes rayons m’ont illuminé, d’ici.
L’âme devient verdoyante, gaie et fraiche :
C’est d’ici qu’elle trouve l’éternité, c’est d’ici.
Retire à nouveau ton voile,
Lève-toi une nouvelle fois d’ici.
C’est ici que se trouve le vin éternel,
O échanson, verse le vin d’ici.
C’est la source de l’eau de la vie,
O porteur d’eau, remplis ton outre d’ici.
Ici les coeurs ont trouvé et des plumes et des ailes,
L’intelligence a pris son essor, d’ici.

Podcast et intermède musical: O Dieu ! N’emmène personne hors d’ici

Haut de page