Le corps et l’âme de la prière

La prière est un vaste thème sur lequel il est possible de se pencher quotidiennement! Aujourd’hui, j’aimerais revenir sur le sens “Le corps et l’âme de la prière”.
Le corps et l’âme de la prière sont comparables au corps physique et à l’âme qui le porte. Le corps de la prière étant sa forme, sa récitation, les paroles et la gestuelle employées. Rûmî nous dit que: “tout ce qui a un commencement et une fin est comparable à un corps”. La prière en ce sens, est donc un corps, tandis que “l’âme de la prière est inconditionnée et infinie” nous dit aussi Rûmî, elle n’a ni commencement ni fin.
Le chapitre No3 du Livre du Dedans commence en ces mots: L’émir Pervâna dit: “Nuit et jour, mon coeur et mon âme sont à votre service, mais comme je suis occupé avec les affaires des Mongols, je ne suis pas en mesure de vous servir.”
L’âme de la prière est l’attitude intérieure, celle-là même qui fait que rien ne peut distraire le “priant”. La prière sans cette attention, sans cette attitude intérieure n’est rien, tandis que l’attitude de dévotion au divin, qui ne laisse aucune chance à la distraction, même sans forme est la véritable prière.
Autrement dit, l’émir Pervâna, bien que ne pouvant pas être physiquement au service du Maître, est, de par son attitude intérieure, intimement livré au service divin, donc du Maître!
Un corps peut-il vivre sans âme, sans le souffle divin? Non ! Alors que l’âme, même sans corps de matière, EST ! “L’âme de la prière prépare à l’absorption en Dieu et à la perte de conscience” est-il encore dit au chapitre 3 du Livre du Dedans.
Le corps et l’âme de la prière sont une invitation de chaque instant à l’éveil. Chacun pouvant s’interroger sur son attitude intérieure durant sa récitation de prière ou selon son investissement dans ses tâches de dévotion au divin ! Chacun pouvant s’interroger sur ce qui lui importe entre la forme et l’âme.

Shams de Tabriz l’a enseigné en ces mots: “Quand un soufi regarde quelqu’un, il ferme ses deux yeux et ouvre le troisième, celui qui voit le royaume intérieur.”

Podcast et intermède musical: Le corps et l’âme de la prière

Haut de page

Tout l’univers

Voici une très belle règle de la religion de l’Amour qui nous est donnée par Shams de Tabriz. Elle nous rappelle que Tout l’univers est contenu en nous ! Que nous ne sommes en rien séparés de Dieu et que “si une personne se connait, elle connait Dieu !

Tout l’univers est contenu dans un seul être humain : toi ! Tout ce que tu vois autour de toi, y compris les choses que tu n’aimes guère, y compris les gens que tu méprises ou détestes, est présent en toi à divers degrés.
Ne cherche donc pas non plus Sheitan hors de toi. Le diable n’est pas une forme extraordinaire qui t’attaque du dehors. C’est une voix ordinaire en toi. Si tu parviens à te connaître totalement, si tu peux affronter honnêtement et durement à la fois tes côtés sombres et tes côtés lumineux, tu arriveras à une forme suprême de conscience. Quand une personne se connaît, elle connait Dieu.

Rûmî, lui, nous l’a dit en ces mots :
Tu crois n’être qu’un petit corps et pourtant en toi se déploie le macrocosme.
Tu es le livre évident, des lettres duquel ce qui est caché devient apparent.

Intermède musical de Baba Taher Ahura   Podcast:  Tout l’univers

Haut de page