L’âme est attachée au Bien-Aimé

L’ode No 513 nous interroge sur le lien que nous entretenons au Divin. Il nous invite à repenser, à revisiter notre relation au Bien-Aimé. L’âme est attachée au Bien-Aimé, que nous en soyons conscients ou non, c’est ainsi ! Jusqu’à quand resterons-nous ignorants et ferons-nous comme si nous ne le savions pas ?
Cet ode est une invitation à nous anéantir en Dieu en toute confiance !

Qui dans cette ville n’est pas enivré par Lui ?
Qui en ce temps reste étranger à ceci ?
Qui n’a pas conçu, par le souffle de l’Ange Gabriel, comme Maryam ?
Quel est celui qui n’est pas, cent fois à chaque instant,
Capturé dans le filet de Sa chevelure ?
Que se trouve-t-il dans l’assemblée en haut du firmament
En tant que vin et beautés, qui ne se trouve ici-bas ?
Le vin n’autorise pas la raison à parler,
Pour qu’on ne puisse dire qu’il n’y a pas d’affinités entre eux.
L’âme est attachée au Bien-Aimé, elle reste paralysée,
Car elle ne peut pas s’échapper d’ici-bas.
Contemple la merveille des merveilles !
Vis-tu jamais quelqu’un qui lui ressemble ? Il n’y en n’a pas.
Un coeur dont les ailes sont brisées par ce roi peut s’envoler
Vers le haut de ce firmament où rien n’est brisé.
Sois anéanti et renonce à ces paroles :
Quel est celui pour lequel il n’y a pas lieu d’y renoncer ?

Podcast et intermède musical: L’âme est attachée au Bien-Aimé

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *