Bouleversement

Quelques quatrains tirés du Rubâi’yât pour nous rappeler la place qui nous est réservée auprès de Dieu.

O toi dont l’amour est l’essence du monde de l’émerveillement
Ce qu’apporte ton amour, c’est le bouleversement
Combien de temps m’interrogeras-tu sur l’état de mon coeur brûlé
Alors que, tu le sais bien, tu le connais mieux que moi-même.

Le coeur de l’homme est une chandelle prête à se consumer
La déchirure due à la séparation d’avec le Bien-Aimé est prête à coudre.
O toi qui ignore la patience et la brûlure
L’amour est une chose qui doit venir, on ne peut l’apprendre.

Il ne faut pas penser très sérieusement à ce problème
Par l’effort, celui qui est faible n’arrive à rien.
Il faut qu’une clé soit octroyée par la grâce de Dieu
Afin qu’elle ouvre la serrure de ce problème.

Nous sommes tous des jouets pour l’autorité de Dieu
Il est richesse et puissance, nous sommes tous des mendiants
A quoi bon chercher des privilèges l’un sur l’autre?
Alors que nous nous trouvons tous au seuil d’une seule maison.

L’intermède musical est tiré de l’album de Musique de Turquie Podcast: Bouleversement

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *