Où se trouve-t-il

  1. Shemsi Husser 2:43

 

Haut de page

Où se trouve-t-il

La Quête du Bien-Aimé est infinie ! Rûmî nous le rappelle au travers de l’ode No 412 autre perle de ce Trésor Caché ! ” Celui qui me sépare de mon âme et de mon coeur, où se trouve-t-il ? *
Nous avons tous de quoi méditer sur ce questionnement … : ” Où se trouve-t-il ?”

Celui qui me rend ivre sans vin, où se trouve-t-il ?
Celui qui me sépare de mon âme et de mon coeur, où se trouve-t-il ?
Celui sur la seule tête de qui je jure, où se trouve-t-il ?
Celui qui m’a détourné de mon serment et de mon repentir, où se trouve-t-il ?
Celui par qui les âmes s’écrient à l’aube, où se trouve-t-il ?
Celui dont le chagrin nous a vaincus, où se trouve-t-il ?
Il est l’âme de l’âme, et s’il n’est pas contenu dans un lieu, quoi d’étonnant ?
Celui qui cherche une demeure et qui demeure dans notre propre corps, où se trouve-t-il ?
Sa coquetterie n’est qu’un prétexte, il éprouve, lui aussi un désir.
Celui qui se cache derrière cette coquetterie pour blesser notre coeur, où se trouve-t-il ?
Celui qui a mis sur le coeur un voile lumineux et y a projeté des images,
Celui qui a placé dans le secret un tel voile, où se trouve-t-il ?
L’intelligence avant de devenir ivre ne renonce pas à ses “comment”, ses “pourquoi” :
Celui qui est enivré et qui a échappé au “comment” et “pourquoi”, où se trouve-t-il ?

Podcast et intermède musical: Où se trouve-t-il

Haut de page

Enseigne cette joie et cette contemplation

  1. Shemsi Husser 3:44

Haut de page

Enseigne cette joie et cette contemplation

Rûmî par l’ode No 98, nous rappelle combien les soucis de ce monde sont cause d’amertume et de désespoir. Il s’adresse au Bien-Aimé en ces termes : “A tous les coeurs qui ne tremblent pas pour toi, à tous les yeux qui ne pleurent pas, Ô mon Seigneur ! Enseigne cette joie et cette contemplation “..,.
Je ne peux m’empêcher de vous partager cet ode, ce trésor, en ces temps d’incertitude et de doutes collectifs ….

O toi par le regard de qui le nom et le nommé sont devenus ivres !
O toi sur les lèvres de qui l’âme, cette beauté, goûte la douceur.
A quoi nous servent ces fables du boeuf qui est venu, de l’âne qui est parti …
Sois attentif à ces instant ineffable ; éloigne-toi de ces vains bruits.
O roi, exerce ta suzeraineté, glorifie l’assemblée de fête.
O toi cette âme qui répand ses bienfaits sur Vâmeq et Azrâ,
Tu es à la fois le nourricier des âmes et le fleuve de vin et de lait ;
Tu es en même temps le jardin du paradis et le vert jujubier.
Sauf cela, je ne dirai rien ; et même si je parle
Les hommes vils diront que cela est impossible et n’est que paroles vaines.
Si tu veux que je parle, donne-moi cette coupe de vin matinal,
Afin que viennent danser le firmament et cent Vénus éclatantes.
Là où se trouve l’amertume causée par les soucis de ce monde,
Notre coeur est déchiré et se lamente.
Lève-toi et ferme jalousement la porte.
Où tu te trouves, la maison devient un jardin et une roseraie.
D’où vient cette lumière du Dieu Béni et TrèsHaut,
Puissant et victorieux à la fois, le commencement et la fin.
Au début sont le chagrin et la noire humeur atrabilaire : à la fin la Main blanche.
A tous les coeurs qui ne tremblent pas pour toi, à tous les yeux qui ne pleurent pas,
O mon Seigneur ! Enseigne cette joie et cette contemplation …

Podcast et intermède musical: Enseigne cette joie et cette contemplation

Haut de page

L’âme est attachée au Bien-Aimé

L’ode No 513 nous interroge sur le lien que nous entretenons au Divin. Il nous invite à repenser, à revisiter notre relation au Bien-Aimé. L’âme est attachée au Bien-Aimé, que nous en soyons conscients ou non, c’est ainsi ! Jusqu’à quand resterons-nous ignorants et ferons-nous comme si nous ne le savions pas ?
Cet ode est une invitation à nous anéantir en Dieu en toute confiance !

Qui dans cette ville n’est pas enivré par Lui ?
Qui en ce temps reste étranger à ceci ?
Qui n’a pas conçu, par le souffle de l’Ange Gabriel, comme Maryam ?
Quel est celui qui n’est pas, cent fois à chaque instant,
Capturé dans le filet de Sa chevelure ?
Que se trouve-t-il dans l’assemblée en haut du firmament
En tant que vin et beautés, qui ne se trouve ici-bas ?
Le vin n’autorise pas la raison à parler,
Pour qu’on ne puisse dire qu’il n’y a pas d’affinités entre eux.
L’âme est attachée au Bien-Aimé, elle reste paralysée,
Car elle ne peut pas s’échapper d’ici-bas.
Contemple la merveille des merveilles !
Vis-tu jamais quelqu’un qui lui ressemble ? Il n’y en n’a pas.
Un coeur dont les ailes sont brisées par ce roi peut s’envoler
Vers le haut de ce firmament où rien n’est brisé.
Sois anéanti et renonce à ces paroles :
Quel est celui pour lequel il n’y a pas lieu d’y renoncer ?

Podcast et intermède musical: L’âme est attachée au Bien-Aimé

Haut de page