Les pensées sont comme une flamme

Par la brièveté de l’ode mystique No 93, Rûmî nous rappelle combien les pensées sont comme une flamme : dévastatrices. Il nous met en garde de ne pas les laisser survenir et dévaster la quiétude de l’âme, l’immensité de la Grande Félicité ! Il nous invite à nous livrer à l’émerveillement de ce qui est présent et à nous perdre dans l’ivresse de la Lumière divine.
C’est une invitation à nous lancer, confiants, dans la célébration de l’Amour de Dieu.
Une invitation à la Foi, une invitation à choisir de nous nourrir d’Amour et de Pure Lumière et ainsi renoncer aux miettes de cupidité, de jalousie, de violence, de notoriété, de possessions et de pouvoirs !

Ne pense pas, ne pense pas, car les pensées
Sont comme une flamme qui consume tout de fond en comble.
Perds la raison, perds la raison par l’ivresse et l’émerveillement,
Afin que toute la roselière donne naissance à des cannes à sucre.
La bravoure est folie, n’y pense pas, renonce à elle ;
Comme les lions et les hommes, renonce aux vains espoirs,
Car les pensées sont comme un piège, les gaspiller est interdit.
Pourquoi tant d’artifices pour obtenir des miettes ?
Si tu t’abstiens de nourriture, inutile de te livrer à de telles ruses.
Si l’avidité se plaint, nous resterons sourds à ses appels

Podcast et intermède musical: Les pensées sont comme une flamme

Haut de page

Parle avec rectitude

Par les lignes de l’ode mystique No 117, Rûmî nous parle de l’effet qu’a eu sur son âme, sa rencontre avec Shams de Tabriz ! C’est à la suite de cette rencontre que toute sa vie fut transformée et que nous avons aujourd’hui encore l’honneur de bénéficier de ses enseignements si purs et précieux !
Même si ta conduite n’est pas droite, nous dit-il , Parle avec rectitude, car il n’existe pas d’égal au roi de l’Esprit loyal.
Puisse cet Ode avoir le même impact sur notre âme et en déraciner l’orgueil et la haine !

J’ai aperçu de loin, Shams-od-Din,
L’honneur de Tabriz et le rival des peintures de Chine,
Celui qui est l’oeil et le luminaire du ciel,
Celui qui ressuscite la terre.
Elle est devenue ce qu’elle est en réalité et davantage encore
Chaque âme qui a vu un tel être !
Il dit : »Qui donc tuerai-je avec cruauté? »
Je répondis : « Cet humble esclave ».
Nous parlions ainsi, lorsque soudain,
Il tira une flèche d’un arc invisible
Et réduit en cendres l’existence de ce serviteur.
Il déracina mon orgueil et ma haine.
Son coeur n’est pas noir comme le calice de la tulipe,
Mais la coupe de son vin a rendu ivre le jasmin.
Le but même est dans le pli de sa robe.
Sur nous il a étendu sa main.
Ce roi, quand il montre son visage à la lune,
Selle le coursier du firmament.
Même si ta conduite n’est pas droite, parle avec rectitude, car il n’existe pas
D’égal au roi de l’Esprit loyal.
Par Dieu ! Il ne le connaît point
Gabriel le saint et loyal esprit.
Quel hâl (état) ne créerait-il pas, lui qui apporte le qâl (la parole)
Au plus haut du septième ciel ?
Puisque nous l’avons regardé avec l’oeil du coeur,
Nous ne donnerions pas pour la certitude même le prix d’un grain d’orge.
En vérité, cette joie de l’union
A totalement transformé notre existence corporelle.
O toi, ménestrel de l’amour de mon Shams-od-Din !
Jure-moi sur ta vie de lui porter ce message :
« Puisque je ne puis arriver à baiser tes mains,
Je touche de mon front la poussière ».

Podcast et intermède musical: Parle avec rectitude

Haut de page

Ferme tes lèvres et ouvre ton coeur

Que de Sagesse dans les mots simples employés par Rûmî pour nous inviter au grand banquet des retrouvailles !
Ferme tes lèvres et ouvre ton coeur est l’Invitation qui nous est adressée pour entendre dans la profondeur du coeur la mélodie de l’Amour divin. Voici ce que nous livre l’ode mystique No 110

O magnanime, brise notre luth;
Il existe ici des milliers d’autres luths.
Nous sommes devenus captifs dans les griffes de l’amour,
Les luths et les hautbois ne manquent pas pour nos plaintes.
Si on brûle le rebec et le luth de ce monde,
Il existe bien des luths secrets, ô mon ami,
Les échos de leurs gammes montent jusqu’au ciel,
Bien que le son n’en parvienne pas à l’oreille dure.
Que s’éteignent la lampe et la bougie du monde,
Qu’importe ! Il existe des silex et du fer.
Les chants sont pareils aux brindilles sur la mer ;
La perle ne vient pas à la surface des flots,
Mais sache que de la perle provient la grâce des brindilles,
C’est le reflet du reflet de son éclat qui s’irise sur nous.
Les mélodies sont toutes l’écho de la nostalgie pour l’union ;
L’origine et l’écho n’ont rien de semblable.
Ferme tes lèvres, et ouvre ton coeur :
C’est de cette façon que tu pourras parler aux âmes.

Podcast et intermède musical: Ferme tes lèvres et ouvre ton coeur

Haut de page