Un temps pour aimer

Shams de Tabriz avec ses règles de la Religion de l’Amour nous invite à méditer, à regarder au plus profond de nous, dans le secret de nos coeurs, ce qui pourrait se révéler si nous laissions l’Intelligence pure rayonner toute Sa Lumière. Celle que je vous livre aujourd’hui, nous rappelle qu’il y a un temps pour aimer et un temps pour mourir.
Il nous invite à vivre pleinement le temps qui nous est impartit pour aimer afin que nous puissions vivre sereinement le temps, lorsqu’il arrivera, de mourir !

Dieu est un horloger méticuleux. Son ordre est si précis que tout sur terre se produit en temps voulu. Pas une minute trop vite, pas une minute trop tard. Et pour tous, sans exception, l’horloge est d’une remarquable exactitude.
Il y a pour chacun un temps pour aimer et un temps pour mourir.

Podcast et intermède musical: Un temps pour aimer

Haut de page

Dieu ouvrira une nouvelle voie

Combien de fois, alors que tout semblait perdu, que nulle issue ne nous paraissait possible, que nous étions au plus bas de tout espoir, n’avons-nous pas pensé que nous étions tout simplement oublié de Dieu ?
Pourtant c’est bien dans les moments les plus difficiles, les plus éprouvants que nous faisons l’expérience de la Source miraculeuse en nous. C’est dans ces moments-là que nous sommes poussés à chercher, à nous rappeler que la Lumière brille au plus profond des ténèbres et que Dieu ouvrira une nouvelle voie !
Shams de Tabriz, dans les quarante Règles de la religion de l’Amour nous le rappelle en ces mots :

Quoi qu’il arrive dans ta vie, si troublant que tout te semble, n’entre pas dans les faubourgs du désespoir. Même quand toutes les portes restent fermées, Dieu t’ouvrira une nouvelle voie.
Sois reconnaissant ! Il est facile d’être reconnaissant quand tout va bien.
Un soufi est reconnaissant, non pas seulement pour ce qu’on lui a donné, mais aussi pour ce qu’on lui a refusé.

Si nous prenions le temps de nous rappeler, ne serait-ce qu’une situation, grâce à laquelle nous avons fait cette expérience, et que nous puissions reconnaître, honorer la voie nouvelle que Dieu à ouvert alors pour nous, naturellement un profond sentiment de gratitude et de reconnaissance va nous emplir et faire grandir le miracle de l’Amour de Dieu en nous, maintenant !
Que douces sont à nos coeurs, les apparentes épreuves de luttes contre l’égo lorsque nous les reconnaissons et les acceptons !
Que de Grâces reçues lorsque nous acceptons de suivre la nouvelle voie que Dieu nous ouvre et que nous renonçons à ce qui nous a été refusé !

Podcast et intermède musical: Dieu ouvrira une nouvelle voie

 

CD disponible sous : Faran ensemble

 

Haut de page

La soumission

Alors que bien des gens se rebellent contre l’idée de la soumission aujourd’hui, que les peuples revendiquent une liberté pour leur corps, leurs idées, leurs idéaux, Shams de Tabriz, au travers de cette Règle de l’Amour, nous invite à méditer sur le véritable sens de la soumission ! Puissent les coeurs s’ouvrir à la paix intérieure et les êtres s’abandonner à la soumission divine !

La soumission, nous dit Shams de Tabriz, ne signifie pas qu’on est faible ou passif. Elle ne conduit ni au fatalisme ni à la capitulation.
A l’inverse, le vrai pouvoir réside dans la soumission – un pouvoir qui vient de l’intérieur -.
Ceux qui se soumettent à l’essence divine de la vie vivront sans que leur tranquillité ou leur paix intérieure soit perturbée, même quand le vaste monde va de turbulences en turbulences !

Podcast et intermède musical: La soumission

Haut de page

Un maître

Sur le chemin qui nous mène à Dieu, nous avons besoin d’un maître, d’un guide de confiance, tous. Comment le reconnaître et où le trouver ? Voici ce que nous dit Shams de Tabriz dans une des quarante règles de la religion de l’Amour :

« Il y a plus de faux gourous et de faux maîtres dans ce monde que d’étoiles dans l’univers. Ne confonds pas les gens animés par un désir de pouvoir et égocentristes avec de vrais mentors. Un maître spirituel authentique n’attirera pas l’attention sur lui ou sur elle, et n’attendra de toi ni obéissance absolue et admiration inconditionnelle, mais t’aidera à apprécier et à admirer ton moi intérieur. Les vrais mentors sont aussi transparents que le verre. Il laissent la lumière de Dieu les traverser. »

Et dans le Mathnâwî livre IV, nous pouvons lire :

« Prends garde ! Ne cours pas à la poursuite de l’âme charnelle […]
Si tu pars, pars à la poursuite de l’Anqâ du coeur, vers le mont Qâf et la mosquée lointaine du coeur.
A chaque instant une nouvelle plante, provenant de ta cogitation, pousse dans ta Mosquée lointaine.
Comme Salomon, rends-lui justice : étudie-la, ne la repousse pas du pied,
Parce que les diverses sortes de plantes indiquent l’état intérieur de cette terre ferme !
[…] Chaque sol est révélé par ses plantes.
C’est pourquoi le sol du coeur, dont la pensée est la plante – ces pensées révèlent les secrets du coeur.
[…] Ô Dieu qui connais les secrets et qui es bienveillant en paroles, ne nous dissimule pas les défauts de l’action mauvaise,
Et ne nous montre pas l’imperfection de l’action bonne, de peur que nous ne devenions découragés et loin de parcourir la Voie. »

Le premier Vrai Maître est en nous et c’est Lui qui nous guide, si nous l’écoutons, à la rencontre d’un maître authentique, qui saura nous accompagner et nous faire découvrir les Beautés intérieures, notre Véritable nature de perfection !

Podcast et intermède musical: Un Maître

Haut de page

La présence de Dieu

Parmi les quarante règles de la religion de l’Amour, Shams de Tabriz nous invite à revisiter nos croyances, notre engagement, à nous souvenir que c’est lorsque nous sommes en relation que nous pouvons le mieux nous connaître, nous découvrir, nous rencontrer et de ce fait, trouver la présence de Dieu en nous-même. Accepter le miroir que représente un partenaire, un ami sincère, un proche, pour éveiller notre conscience et cheminer vers Dieu est, il est vrai, bien souvent difficile mais ô combien important ! Ne peut se refléter dans un miroir que ce qui se présente devant lui …

L’esseulement, nous dit Shams de Tabriz, et la solitude sont deux choses différentes. Quand on est esseulé, il est facile de croire qu’on est sur la bonne voie. La solitude est meilleure pour nous, car elle signifie être seul sans se sentir esseulé. Mais en fin de compte, le mieux est de trouver une personne. La personne qui sera votre miroir. N’oubliez pas que ce n’est que dans le coeur d’une autre personne qu’on peut réellement se trouver et trouver la présence de Dieu en soi.

Podcast et intermède musical: La présence de Dieu

CD disponible sur Amazon

Haut de page