La parole de l’Unité

Une fois encore, Rûmî nous rappelle que tout est UN. Que rien n’est séparé de Lui, Dieu.
Que tout provient de Lui et que tout retournera à Lui, l’heure venue. Il nous rappelle que sous les traits de la multiplicité, se cache l’Unique ! Savons-nous seulement reconnaître la parole de l’Unité dans notre quotidien ? Dans ce qui nous semble être des expériences multiples et différentes ? Sommes-nous seulement conscients que le silence vaut mieux que de vaines paroles dépourvues d’Amour et responsables de tant de difficultés ?
Voici ce que nous dit l’ode No 639

Cet ami à la tunique rouge qui vint l’an dernier, éclatant comme la lune,
Cette année-ci est venu revêtu d’un froc gris.
Ce Turc que tu avais vu alors se livrer au pillage,
C’est le même qui est venu cette année, sous les traits d’un Arabe.
L’ami est le même, bien que son vêtement ait changé :
Il a ôté son autre vêtement, et puis il est revenu.
Ce vin est le même, bien que le flacon soit nouveau :
Vois comme il est venu apporter le plaisir à ceux qui sont ivres !
O hommes ! vous pensiez que ces flambeaux étaient morts :
Ce flambeau est sorti de la demeure du secret.
Ce que je dis, ce n’est pas la métempsychose, c’est la parole de l’Unité pure,
Venue du bouillonnement des vagues de l’océan profond.
Une goutte fut séparée de cet océan inséparable.
Car Adam fut créé d’argile de poterie.
Le Byzantin s’est caché le visage quand est venu le temps des Abyssins ;
Il est revenu aujourd’hui au sein de cette puissante armée.
Si le soleil se voile au crépuscule, il n’est pas anéanti.
Cette lune éclatante est apparue dans une des maisons du Zodiaque.
Renonce aux paroles, contemple le miroir de la réalité,
Car hésitations et difficultés proviennent des paroles.

Podcast : La parole de l’Unité

Haut de page

Parle avec rectitude

Par les lignes de l’ode mystique No 117, Rûmî nous parle de l’effet qu’a eu sur son âme, sa rencontre avec Shams de Tabriz ! C’est à la suite de cette rencontre que toute sa vie fut transformée et que nous avons aujourd’hui encore l’honneur de bénéficier de ses enseignements si purs et précieux !
Même si ta conduite n’est pas droite, nous dit-il , Parle avec rectitude, car il n’existe pas d’égal au roi de l’Esprit loyal.
Puisse cet Ode avoir le même impact sur notre âme et en déraciner l’orgueil et la haine !

J’ai aperçu de loin, Shams-od-Din,
L’honneur de Tabriz et le rival des peintures de Chine,
Celui qui est l’oeil et le luminaire du ciel,
Celui qui ressuscite la terre.
Elle est devenue ce qu’elle est en réalité et davantage encore
Chaque âme qui a vu un tel être !
Il dit : »Qui donc tuerai-je avec cruauté? »
Je répondis : « Cet humble esclave ».
Nous parlions ainsi, lorsque soudain,
Il tira une flèche d’un arc invisible
Et réduit en cendres l’existence de ce serviteur.
Il déracina mon orgueil et ma haine.
Son coeur n’est pas noir comme le calice de la tulipe,
Mais la coupe de son vin a rendu ivre le jasmin.
Le but même est dans le pli de sa robe.
Sur nous il a étendu sa main.
Ce roi, quand il montre son visage à la lune,
Selle le coursier du firmament.
Même si ta conduite n’est pas droite, parle avec rectitude, car il n’existe pas
D’égal au roi de l’Esprit loyal.
Par Dieu ! Il ne le connaît point
Gabriel le saint et loyal esprit.
Quel hâl (état) ne créerait-il pas, lui qui apporte le qâl (la parole)
Au plus haut du septième ciel ?
Puisque nous l’avons regardé avec l’oeil du coeur,
Nous ne donnerions pas pour la certitude même le prix d’un grain d’orge.
En vérité, cette joie de l’union
A totalement transformé notre existence corporelle.
O toi, ménestrel de l’amour de mon Shams-od-Din !
Jure-moi sur ta vie de lui porter ce message :
« Puisque je ne puis arriver à baiser tes mains,
Je touche de mon front la poussière ».

Podcast et intermède musical: Parle avec rectitude

Haut de page

Toute chose cachée, un jour, deviendra manifeste

Ode merveilleux qui nous rappelle la puissance et l’impact de l’amour de Dieu.
Puissent nos coeurs ne pas garder caché un tel trésor !

Si le destin vient à ton secours,
L’amour viendra à ta rencontre.
Ne compte pas comme vie celle qui se passe sans amour :
Une telle vie n’entre pas en ligne de compte.
Chaque instant qui s’écoule loin de l’amour
Est, devant Dieu, comme un objet de honte.
Tout ce qui est léger dans la demeure
Au moment du départ on l’emporte avec soi.
L’heure qui s’écoule pour toi dans les douleurs de l’amour
Sera pour toi pleine de tendresse, comme la patience d’un père.
La pauvreté dont tu rougis
Sera pour toi, dans l’autre monde, un honneur.
Bien que l’amertume de la patience soit suffoquante
Elle deviendra finalement agréable.
Quand le lion de l’esprit s’échappera de sa cage,
C’est vers ces prairies-là qu’il s’en ira.
Quand il descendra de cette carcasse d’âne,
Le roi du coeur sera un roi cavalier.
Déploie le pan du vêtement de l’effort,
Car du ciel se déverse une pluie d’or.
Tu étais caché, tu es devenu apparent ;
Toute chose cachée, un jour, deviendra manifeste.
Quiconque aujourd’hui ne se montre pas humble
Sera humilié comme le fut Pharaon.
Quiconque n’est pas transformé par le feu, comme la rose, en eau de roses,
Sera comme les épines jeté dans le feu.
Puisque Nemrod refusa d’être la proie de Dieu,
Il devint finalement la proie d’un moustique.
Quiconque ne respecte pas à présent la valeur du temps
Sera la victime d’une attente sans fin.
Quiconque a été choisi par l’amour
Sera enivré et hors de lui-même.
Celui qui n’est pas humble et ivre devant l’amour
Sera languissant jusqu’à l’éternité.
Si l’on n’est pas marqué par l’amour du sceau de l’instant,
On s’égare comme le chameau sans marque et sans bride.
Celui qui reste aveugle devant les exemples donnés
Sera humilié et sans honneur.
Il suffit. Bien que par la parole puisse être purifié le miroir du coeur,
Par trop de paroles, il sera de nouveau terni.

Ode No 974

Podcast et intermède musical: Toute chose cachée un jour deviendra manifeste

Haut de page