D’où vient-il ?

Quelques-unes des questions fondamentales résidant dans le coeur des hommes et des femmes de ce monde… D’où vient-il ? Pourquoi vit-il ? Qui est-il ?
En voici quelques réponses données par Mawlânâ au travers de ces quelques quatrains :

Ce trouble de mon coeur affligé, d’où vient-il ?
Cet amour, qui courbe mon corps, d’où vient-il ?
Ce coeur qui dans mon être, jour et nuit,
Pour toi lutte avec moi, d’où vient-il ?

Tu penses que je suis libéré de mon chagrin pour toi,
Que, sans toi, je suis devenu patient et resté tranquille
O Seigneur ! Fais que je ne m’approche jamais de la joie
Si je demeure un instant sans chagrin pour toi.

Mon Bien-Aimé dit : « Celui-ci, pourquoi vit-il ?
Puisque je suis son âme, comment vit-il sans âme ? »
Je pleurais. Il dit : « C’est étrange !
Sans moi qui suis ses yeux, comment peut-il pleurer ? »

Une partie du monde est triste, et ne sait pas d’où vient sa tristesse.
Une partie est joyeuse sans savoir d’où  cela vient.
Certains à gauche ou à droite, sans rien savoir de la droite ni de la gauche,
Beaucoup de « moi » et de « nous », sans rien savoir de moi et de nous.

Podcast et intermède musical: D’où vient-il

CD disponible sur Amazon

Haut de page

Mawlânâ

Mawlânâ comment te nommer autrement?… Je ne trouve pas d’autre mot pour Te dire. Mawlânâ, Toi le Maître de l’Univers, Tu es Dieu, Lumière de la Terre et du Ciel… Tout vient de Toi et Tout retournera à Toi… Mawlânâ… Toi qui fait vibrer mon coeur, qui me guide sur le chemin de l’Amour et de la Beauté divine… Mawlânâ… Toi qui me parle à tout instant, à travers tout ce que je vois, entends, sens, ressens… Mawlânâ… Toi qui me dit dans le Coran à la Sourate XCIII:

Au nom de Dieu le Tout miséricordieux, le Très miséricordieux,
3  ton Seigneur ne te congédie pas plus qu’Il ne te déteste
6  Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin? Il t’abrita
7  trouvé dans l’errance? Il te guida
8  trouvé nécessiteux? Il te combla

ou encore à la Sourate XCIV:

1  Pour toi n’avons-nous pas épanoui ta poitrine
2  ôté de toi la pesanteur
3  qui faisait gémir ton échine?
7  Alors fais suivre toute vacance d’une contention nouvelle
8  et soupire après ton Seigneur.

Oui, Mawlânâ… des yeux, de l’ouïe et du coeur, de cela je suis responsable, je me dois de ne pas juger ni projeter sur l’autre ce que je vois et qui me fais peur, sans discernement, ni sans voir la Beauté de ton Amour en action…
je me dois de ne pas déformer ce que j’écoute et ce que j’entends de la Vérité d’Amour chez l’autre sous prétexte que ça pourrait me déranger…
je me dois de garder mon coeur ouvert à la manifestation de la Lumière de ta Beauté d’Amour en chacun et à chaque instant, sans craindre Ta force et Ta clarté…
je me dois de célébrer les Grâces de Miséricordes que tu m’octroies dans l’Eternité de chaque instant…
je me dois de célébrer Tes Louanges en tous et en tout temps…
je me dois, Mawlânâ, de vivre dans l’Océan de Ton Amour puisque c’est là que je me suis perdue moi-même… et que Je Vis en Toi!

Podcast: Le maître

Haut de page

Le retour au centre

Le retour au centre nous permet de méditer ce précieux enseignement de Mawlânâ en le laissant se poser, s’imprimer et prendre forme tout au fond de l’être!

L’homme accomplit des choses que les cieux, la terre et les montagnes ne peuvent réaliser. Quand il les accomplit, l’ignorance et la perversité lui sont épargnées.
Dieu a dit: « Je vous ai achetés, vous, vos personnes, vos biens et votre temps. Si vous Me les consacrez et me les donnez, le prix en sera le Paradis éternel. Tel est votre prix à Mes yeux » (Le Livre du Dedans)
L’ascension sur l’échelle de l’Être, mue par l’Amour divin, fait réintégrer dans l’Unité les parties du tout dispersées dans la multiplicité. Les échelons à gravir sont autant de passages permettant d’échapper à ce qui est périssable. Or, toute chose est éphémère, sauf le Visage de Dieu, dit le Coran: « Cette face est toujours présente, actuelle, continue et éternelle. »
C’est le retour au centre qui fait retrouver à l’âme les cieux qui sont en elle. « Ce toi qui à la fin est conscient d’échapper à ce monde de l’illusion; ton dernier toi (irréel) revenu à ton premier toi réel. » (Mathnawî VI, 3774) Autrement dit, lorsque tu te seras dépouillé de l’attachement de toi (tes désirs, tes illusions, tes attentes etc…) tu atteindras à nouveau le Réel, Dieu, le Véritable (en) toi.
Dans le Mathnawî I, 2035 Rûmî commente les célèbres vers de Sana’î: « C’est dans le royaume de l’âme que se trouvent les cieux qui gouvernent les cieux de ce monde » en ces mots:
« Dans la voie de l’Esprit il existe des plaines et des hauteurs, des montagnes élevées et des mers. »  Le Monde invisible a d’autres nuages et une autre eau que les nôtres, il possède un autre ciel et un autre soleil.
Notre monde d’ici-bas est régit par le Monde invisible, le Monde Spirituel. Il n’y a rien qui se trouve ici qui ne provienne et ne se trouve également dans l’autre Monde! Et cet autre Monde est présent là tout au fond du coeur. Au centre du centre du coeur de l’âme! Il ne sert à rien de chercher à l’extérieur les trésors cachés, la connaissance, la compréhension du Mystère divin!
Il ne suffit pas de regarder la mer et de dire: « Au fond se trouve une perle ». Si tu veux trouver une perle, il faut un plongeur qui plonge et qui a de la chance!

L’intermède musical est tiré de l’album : Psaumes de Yunus Emré  Podcast: Le retour au centre

Haut de page