Entre dans l’intimité de Dieu

Une fois encore Rûmî nous invite à entrer dans l’intimité de Dieu pour nous souvenir de notre véritable nature. Pour nous souvenir du Roi des roi et de ses bienfaits ! Entre dans l’intimité de Dieu avant que la mort ne vienne te surprendre ! Ne reste pas distrait par les parfums de ce monde éphémère, respire le parfum de la Roseraie de l’âme ! C’est en substance ce que nous dit l’ode mystique No 869

Le tailleur du temps n’a cousu à la taille de personne
Un vêtement sans le déchirer ensuite.
Vois tous ces gens naïfs et stupides qui, en ce monde,
Donnent à Satan, en échange de la peine,
L’or qui remplissait le pan de leur tunique.
Ces fleurs bigarrées du monde qui te paraissent exquises
Tu les respires, mais elles rendent ton visage pâle.
O toi qui prends la mort dans tes bras en lui disant : »Ma vie ! »
Rester auprès d’un cadavre ne rend-il pas l’âme et le corps froids ?
Entre dans l’intimité de Dieu, car ces images démoniaques
Au moment de la mort te rendraient désespéré et seul.
Ne t’étends pas sur cette molle couche qu’est la poussière,
Car c’est un lit provisoire : crains le moment où il te sera enlevé.
Ne jette pas en vain les dés sur ce plateau du temps ;
Prends garde à l’adversaire qui est le maître du jeu.
Ne considère pas le tourbillon de poussière du corps : vois le cavalier de l’âme caché en son sein.
Cherche du regard le cavalier au milieu des poussières.
Les visages pareils à la rose proviennent nécessairement d’une roseraie.
S’il n’existait pas de jardin de roses, d’où viendraient donc les roses ?
Quand tu vois la pommette, sache qu’il existe un pommier ;
Elle n’est qu’un modèle, elle n’est pas destinée à être croquée.
Aïe l’âme noble, car si tes intentions sont ignobles
Les soldats du Roi te chasseront comme un voleur.
Garde le silence, et parle sans paroles,
Ainsi que parlent les anges au firmament azuré.

Podcast et intermède musical: Entre dans l’intimité de Dieu

Haut de page

Ferme tes lèvres et ouvre ton coeur

Que de Sagesse dans les mots simples employés par Rûmî pour nous inviter au grand banquet des retrouvailles !
Ferme tes lèvres et ouvre ton coeur est l’Invitation qui nous est adressée pour entendre dans la profondeur du coeur la mélodie de l’Amour divin. Voici ce que nous livre l’ode mystique No 110

O magnanime, brise notre luth;
Il existe ici des milliers d’autres luths.
Nous sommes devenus captifs dans les griffes de l’amour,
Les luths et les hautbois ne manquent pas pour nos plaintes.
Si on brûle le rebec et le luth de ce monde,
Il existe bien des luths secrets, ô mon ami,
Les échos de leurs gammes montent jusqu’au ciel,
Bien que le son n’en parvienne pas à l’oreille dure.
Que s’éteignent la lampe et la bougie du monde,
Qu’importe ! Il existe des silex et du fer.
Les chants sont pareils aux brindilles sur la mer ;
La perle ne vient pas à la surface des flots,
Mais sache que de la perle provient la grâce des brindilles,
C’est le reflet du reflet de son éclat qui s’irise sur nous.
Les mélodies sont toutes l’écho de la nostalgie pour l’union ;
L’origine et l’écho n’ont rien de semblable.
Ferme tes lèvres, et ouvre ton coeur :
C’est de cette façon que tu pourras parler aux âmes.

Podcast et intermède musical: Ferme tes lèvres et ouvre ton coeur

Haut de page

Ne sois pas sans te souvenir de Dieu

Au chapitre 45 du Livre du Dedans, Rûmî nous invite à prendre conscience de la présence de Dieu en tout, nous invite à être dans le souvenir de Dieu constamment quelle que soit notre occupation,
Il (Rûmî) dit ceci : « Quand le glaive est dans le fourreau on ne peut pas le voir »  ce qui signifie que le véritable glaive de Dieu est celui qui cherche sans relâche à être dans la proximité de Dieu; celui qui lutte nuit et jour contre lui-même, qui distingue la rectitude de l’erreur; celui qui ne reste pas sans se souvenir de Dieu. Celui qui se fait la « guerre* à lui-même luttant contre son égo et purifiant son caractère. Le glaive de Dieu est celui qui ne peut rester inactif dans sa quête de perfection divine dans tous ses actes. Aussi longtemps qu’il n’aura pas atteint le statut d’être dans le souvenir de Dieu en permanence, il serait comparable au glaive qui reste dans son fourreau !
Dieu ne peut être atteint que par la soumission, oui, il ne suffit pas d’avoir trouvé le chemin qui mène à Dieu pour être proche de Lui, encore faut-il le suivre ce chemin ! Encore faut-il se souvenir sans relâche, que notre but est d’atteindre Dieu et de rester dans Sa proximité ! Et pour cela nous avons besoin de nous soumettre aux exigences du chemin qui mène à Dieu !
« Dieu se suffit à Lui-même, Sa bienfaisance est célèbre et tout le monde a conscience de Sa grâce, pourquoi donc ne Lui demandes-tu pas l’aumône et n’attends-tu pas Ses dons et Sa récompense ? » Oui pourquoi sommes-nous si peu persévérants dans notre demande envers les bienfaits de Dieu ? Pourquoi pouvons-nous rester si longtemps sans nous souvenir de Ses bienfaits et de Lui ? Pourquoi et comment nous est-il possible de rester dans le « fourreau » de l’égo, feignant de ne pas Le voir ni vouloir Ses Bienfaits ? Pourquoi oublions-nous ce qu’est la prière ? Je ne parle pas de la récitation de prières, mais de l’état dans lequel nous pouvons être lorsque nous sommes en prière ? Pourquoi oublions-nous de nous souvenir de Dieu en tout ce que nous faisons, en tout ce que nous vivons ? Demande l’aumône à Dieu et réclame-Lui ce dont tu as besoin, parce que cette demande ne sera pas faite en vain ! 
Celui qui frappe à la porte avec insistance, on lui ouvrira. (Coran)
Sache donc que quiconque s’en remet à Dieu est en sécurité et reste sain et sauf et qu’aucun voeu ne s’adresse à Lui en vain !
A chaque instant, expose donc tes voeux et ne sois pas sans te souvenir de Dieu, car ce souvenir donne la force aux ailes et aux plumes de l’oiseau de l’âme ; si ce but principal est atteint c’est donc Lumière sur Lumière,
nous dit encore Rûmî.
Autrement dit être Dieu en Dieu !

Podcast et intermède musical: Ne sois pas sans te souvenir de Dieu

 

 

CD disponible sous : Faran ensemble

Haut de page

Le chagrin

Quel est donc ce chagrin auquel Rûmî nous invite à méditer à travers ces Quatrains ? Comment le chagrin peut-il exister dans le coeur de l’homme alors que la Joie est Sa Source ? Que choisirons-nous de manifester ? La Joie ou le chagrin ?
Pourquoi se poser encore tant et tant de questions et ne pas tout simplement s’oublier en Dieu ?

Qu’est-ce que le chagrin qui tourne dans le coeur de l’homme ?
Le chagrin tourne autour de ceux qui sont tristes et froids.
Dans le coeur de l’homme de Dieu existe un océan
Qui, grâce à ses vagues, fait tourner le monde.

Quand le chagrin vient-il chez les esclaves du sultan
Là où se trouvent toutes ces chances souriantes ?
Il existe quelque chose de plus vaste que la joie
Qui tourne dans la tête de ceux qui sont ivres et pleins de langueur.

Si tu deviens la proie de Dieu, tu seras libéré du chagrin
Si tu pénètres en ton propre être, tu y seras captif
Sache que ton existence est le voile de ton chemin
Ne reste pas avec toi-même, tu n’éprouveras que lassitude.

O mes yeux, vous ne serez pas appauvris par les larmes
O mon coeur, cet état ne te rendra pas ensanglanté
O mon âme, si tu es arrivée au dernier instant de mon corps
Pour quelle raison rester donc là ?

Podcast et intermède musical: Le chagrin

Haut de page

Les choses cachées

Je vous fais part aujourd’hui d’un extrait du chapitre 8 du Livre du Dedans dans lequel Rûmî nous parle de la nature première de l’homme et nous rappelle que l’âme montre les choses cachées, tout comme l’eau pure.

Si un disciple est élevé par un homme de Dieu, son âme devient pure. Et celui qui est éduqué par un charlatan et un hypocrite devient, comme son éducateur, petit, faible, impuissant et triste, incapable d’échapper à ses hésitations et inapte à aiguiser ses sens.
Dans la nature de l’homme, toutes  les sciences on été pétries, à l’origine, de sorte que son âme montre les choses cachées : comme l’eau pure qui révèle ce qui, au-dessous d’elle, couvre son lit… cailloux, tessons, etc… et ce qui, au-dessus, se reflète à sa surface. Dans l’essence de l’eau, cette nature n’est pas acquise ; elle est innée. Mais quand l’eau est mêlée à de la terre ou à d’autres couleurs, cette propriété lui est retirée. Dieu le Très Haut a envoyé les prophètes et les saints telle une eau abondante et pure qui clarifie toutes les petites eaux impures qui se jettent en elle. La petite eau, une fois purifiée, se rappelle avec certitude son originelle pureté que troublèrent les couleurs sombres par la suite ramassées. Elle se souvient de son état premier et dit : »C’était là notre nourriture autrefois ».

Rûmî à travers ce texte, nous interroge ainsi :
Et l’homme se souvient-il de sa nature profonde une fois qu’il a été purifié par la prière et le jeûne ?
Se souvient-il qu’au fond de son âme se trouvent les choses cachées de Dieu ?
Ose-t-il alors, les manifester dans son quotidien ?
Ose-t-il se nourrir de cette nourriture première ?

Podcast et intermède musical: Les choses cachées

Haut de page