Le trésor de l’éternité

Cet ode mystique No 258 nous dit ô combien il est important de ne pas passer toutes nos nuits à dormir. Nous dit combien il est nécessaire de s’entretenir avec Dieu alors que tout est silence et tranquillité. Veiller est une nourriture pour l’âme, le collyre du mystère qui ouvre les yeux du coeur et de l’âme. Dieu nous appelle toute la nuit ! Comment l’entendrait-on si nous sommes plongés dans le sommeil profond ? Sommes-nous suffisamment assoiffé de Lui pour ne pas dormir ce soir ?

Si tu ne dors pas un soir, ô beauté pareille à la lune,
Le trésor de l’éternité apparaîtra à tes yeux.
C’est le soleil de l’invisible qui te réchauffera pendant cette nuit,
C’est le collyre du mystère qui t’ouvrira les yeux.
Ce soir, lutte contre toi-même, ne t’endors pas
Afin de découvrir les largesses que répand la joie.
C’est la nuit que toutes les beautés se dévoilent,
Celui qui dort n’entend pas les appels.
N’est-ce pas durant la nuit que Moïse, fils de Imrân, vit la lumière
Sur le buisson, lui faisant signe d’approcher ?
C’est pendant la nuit qu’il fit ce long chemin
Et qu’il aperçut un buisson noyé dans la lumière.
N’est-ce pas durant la nuit qu’Ahmad accomplit son Mi’râdj
Quand son coursier Borâq l’emporta vers le ciel ?
Le jour sert à gagner le pain quotidien, la nuit est pour l’amour.
Pour que les yeux jaloux ne te voient pas.
Tout le monde est endormi ; mais les amants
Pendant la nuit entière s’entretiennent avec Dieu.
Dieu plein de libéralité a dit à David :
« Celui qui prétend à notre amour
Et qui dort toute la nuit, ce n’est que mensonge ».
Comment le sommeil viendrait-il pour l’amoureux ?
Car l’amant recherche la solitude
Afin de raconter au Bien-Aimé les chagrins de son coeur.
Celui qui a soif ne dort que peu de temps :
Comment l’assoiffé aurait-il le sommeil lourd ?
Quand il dort, il voit en rêve l’eau vive,
Ou le bord du ruisseau, l’aiguière, le porteur d’eau.
Durant toute la nuit, Dieu nous appelle :
« Lève-toi, mets ce temps à profit, ô pauvre homme !
Sinon après la mort tu auras des regrets
Lorsque ton âme sera séparée de ton corps ».

Podcast et intermède musical: Le trésor de l’éternité
CD disponible sur Amazon

Haut de page

Mawlânâ

Mawlânâ comment te nommer autrement?… Je ne trouve pas d’autre mot pour Te dire. Mawlânâ, Toi le Maître de l’Univers, Tu es Dieu, Lumière de la Terre et du Ciel… Tout vient de Toi et Tout retournera à Toi… Mawlânâ… Toi qui fait vibrer mon coeur, qui me guide sur le chemin de l’Amour et de la Beauté divine… Mawlânâ… Toi qui me parle à tout instant, à travers tout ce que je vois, entends, sens, ressens… Mawlânâ… Toi qui me dit dans le Coran à la Sourate XCIII:

Au nom de Dieu le Tout miséricordieux, le Très miséricordieux,
3  ton Seigneur ne te congédie pas plus qu’Il ne te déteste
6  Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin? Il t’abrita
7  trouvé dans l’errance? Il te guida
8  trouvé nécessiteux? Il te combla

ou encore à la Sourate XCIV:

1  Pour toi n’avons-nous pas épanoui ta poitrine
2  ôté de toi la pesanteur
3  qui faisait gémir ton échine?
7  Alors fais suivre toute vacance d’une contention nouvelle
8  et soupire après ton Seigneur.

Oui, Mawlânâ… des yeux, de l’ouïe et du coeur, de cela je suis responsable, je me dois de ne pas juger ni projeter sur l’autre ce que je vois et qui me fais peur, sans discernement, ni sans voir la Beauté de ton Amour en action…
je me dois de ne pas déformer ce que j’écoute et ce que j’entends de la Vérité d’Amour chez l’autre sous prétexte que ça pourrait me déranger…
je me dois de garder mon coeur ouvert à la manifestation de la Lumière de ta Beauté d’Amour en chacun et à chaque instant, sans craindre Ta force et Ta clarté…
je me dois de célébrer les Grâces de Miséricordes que tu m’octroies dans l’Eternité de chaque instant…
je me dois de célébrer Tes Louanges en tous et en tout temps…
je me dois, Mawlânâ, de vivre dans l’Océan de Ton Amour puisque c’est là que je me suis perdue moi-même… et que Je Vis en Toi!

Podcast: Le maître

Haut de page