Les épreuves ont été créées par Dieu

Ode mystique No 930, merveille d’invitation à nous interroger sur notre fidélité à Dieu. Qu’en est-il, dans notre coeur du souvenir de Dieu ? Qu’en est-il du regard posé sur les épreuves créées par Dieu à notre encontre  ? Qu’en est-il de la sincérité de nos coeur à dire OUI à Dieu ?

Qu’actions de grâces soient rendues ! Car Il a défait nos liens.
Quand nous nous sommes préparés à rendre grâces, Il a résolu nos difficultés.
Le ciel est bouleversé par ma prière et ma lamentation ;
Le ciel, lui aussi s’est mis à prier.
Tant que notre coeur s’est consumé à chercher la fidélité,
Par honte de nous, la fidélité s’est voilé la face.
Nous sommes comme le cuir sous les rayons de Canope partout où Il se manifeste ;
Nous sommes prosternés devant la source de l’amour partout où elle jaillit.
Derrière la porte du coeur, se trouvent mille portes secrètes :
Dieu les avait fermées ; le serviteur de Dieu les a ouvertes.
Dans cette maison aux deux luminaires, la lune et le soleil,
Dieu, du côté du coeur, a ouvert la porte de la maison.
Dieu a dit : « Ne suis-je pas votre Seigneur » ? Les âmes on répondu : « Oui ».
Les épreuves ont été créées par Dieu comme critère de la sincérité de ce « Oui » .

Podcast et intermède musical. Les épreuves ont été créées par Dieu

Haut de page

Quelle est cette voie cachée

L’ode No 791 nous parle de la mort, du dernier souffle dans le temple du corps et de ce  chant d’appel de Dieu nous invitant à revenir à Lui. Mais quelle est donc cette voie cachée par où Il fait passer les âmes ?

Cette tourterelle de nouveau décida de monter au ciel, et elle s’envola
Dès qu’elle entendit le chant d’appel de l’invisible.
Quand celui qui est le but de l’univers a envoyé son Messager
Pour lui dire : « Venez vers Nous », comment l’âme du disciple ne s’envolerait-elle pas ?
Elle s’envole vers les hauteurs, quand elle trouve de telles ailes ;
Elle déchire l’habit du corps quand lui parvient une telle missive.
Il est comme un lasso qui attire fermement les âmes jusqu’à Lui.
Quelle est cette voie cachée par où Il les fait passer ?
Sa Miséricorde a adressé un message : « Reviens ici ».
Dans cette cage étroite, ton âme a longtemps tremblé.
Pourtant, dans la maison sans portes, tu es comme un oiseau sans ailes.
L’oiseau qui vient du ciel tombe ainsi vers la terre :
Son inquiétude lui ouvrira enfin la porte de la miséricorde.
Bats de l’aile contre la porte et le toit, voici la clé.
Avant que nous ne t’appelions, tu ne connais pas le chemin du retour.
C’est cet appel qui montre la voie à l’intelligence.
Tout ce qui va vers le haut, s’il était vieux, retrouve la jeunesse,
Chaque chose nouvelle qui vient ici est vieillie par le temps.
Va joyeusement vers l’invisible et ne regarde pas en arrière !
Puisses-tu être sous la protection de Dieu ! Là, tout est profit et abondance.
Garde le silence, va vers l’échanson de la vie ;
Il a, dans cette coupe impure, versé le vin pur.

Podcast et intermède musical: Quelle est cette voie cachée

Haut de page

Entre dans l’intimité de Dieu

  1. Entre dans l'intimité de Dieu Shemsi Husser 5:00

Haut de page

Entre dans l’intimité de Dieu

Une fois encore Rûmî nous invite à entrer dans l’intimité de Dieu pour nous souvenir de notre véritable nature. Pour nous souvenir du Roi des roi et de ses bienfaits ! Entre dans l’intimité de Dieu avant que la mort ne vienne te surprendre ! Ne reste pas distrait par les parfums de ce monde éphémère, respire le parfum de la Roseraie de l’âme ! C’est en substance ce que nous dit l’ode mystique No 869

Le tailleur du temps n’a cousu à la taille de personne
Un vêtement sans le déchirer ensuite.
Vois tous ces gens naïfs et stupides qui, en ce monde,
Donnent à Satan, en échange de la peine,
L’or qui remplissait le pan de leur tunique.
Ces fleurs bigarrées du monde qui te paraissent exquises
Tu les respires, mais elles rendent ton visage pâle.
O toi qui prends la mort dans tes bras en lui disant : »Ma vie ! »
Rester auprès d’un cadavre ne rend-il pas l’âme et le corps froids ?
Entre dans l’intimité de Dieu, car ces images démoniaques
Au moment de la mort te rendraient désespéré et seul.
Ne t’étends pas sur cette molle couche qu’est la poussière,
Car c’est un lit provisoire : crains le moment où il te sera enlevé.
Ne jette pas en vain les dés sur ce plateau du temps ;
Prends garde à l’adversaire qui est le maître du jeu.
Ne considère pas le tourbillon de poussière du corps : vois le cavalier de l’âme caché en son sein.
Cherche du regard le cavalier au milieu des poussières.
Les visages pareils à la rose proviennent nécessairement d’une roseraie.
S’il n’existait pas de jardin de roses, d’où viendraient donc les roses ?
Quand tu vois la pommette, sache qu’il existe un pommier ;
Elle n’est qu’un modèle, elle n’est pas destinée à être croquée.
Aïe l’âme noble, car si tes intentions sont ignobles
Les soldats du Roi te chasseront comme un voleur.
Garde le silence, et parle sans paroles,
Ainsi que parlent les anges au firmament azuré.

Podcast et intermède musical: Entre dans l’intimité de Dieu

Haut de page

Apprends l’art du silence

A travers les Odes mystiques, Rûmî n’a de cesse de nous enseigner les choses les plus simples pour atteindre la pureté du coeur. Pour atteindre le coeur du Très-Haut !
Dans l’ode No 122 il nous invite une fois encore à nous libérer de nous-même en ces termes :  » Silence ! Apprends l’art du silence. »

J’ai vu son beau visage de Paradis,
Cet oeil, ce luminaire de la clarté,
Cette qibla et ce lieu de prosternation de l’âme,
Ce plaisir et ce refuge pleins de paix.
Mon coeur a dit : « Là, j’offre ma vie,
J’abandonne mon existence et mon orgueil ».
L’âme aussi est entrée dans le Samâ.
Elle se mit à battre des mains.
L’intelligence est venue ; elle a dit : « Moi que dirais-je
Au sujet de cette beauté et de cette joie sublimes,
Au sujet de ce parfum de la rose qui a rendu pareils aux cyprès
Les dos voûtés et courbés comme un arc ? »
Par l’amour toute chose se métamorphose […]
O âme ! Tu es parvenue jusqu’à l’âme de l’âme !
O corps ! Tu as abandonné ta nature corporelle.
Si ta foi a pour but la sécurité,
Cherche la sécurité dans la solitude de la retraite.
Qu’est-ce que la retraite ? C’est la résidence du coeur.
Fais ta demeure dans la quiétude du coeur.
C’est dans cette résidence qu’est apportée
Cette coupe éternelle de suavité.
Silence ! Apprends l’art du silence.
Cesse de te vanter de tes talents,
Car c’est le coeur qui est le lieu de la foi.
Garde dans ton coeur la qualité de croyant.

Podcast et intermède musical: Apprends l’art du silence

Haut de page