Les grâces de l’amour

  1. Les grâces de l'amour Shemsi Husser 2:50

Haut de page

Les grâces de l’amour

A travers ces quelques quatrains, ce sont les grâces de l’amour que nous livre Rûmî tel un hymne. Ses paroles au goût suave éveillent et nourrissent l’amoureux. Comment nos coeurs  pourraient-ils rester un seul instant indifférents à cet hymne ?

 A chaque instant, ô ma lune, tu me réclames auprès de toi
Tu m’interroges sur mon état, et tu le connais toi-même.
Tu es comme un cyprès qui marche et la parole pour toi est comme le vent
Je parle, et toi, tu agites la tête, distraitement.

O amour qui es-tu ? Toutes choses t’appartiennent.
Tu es l’union, et tous sont séparés de toi.
Tu restes dans la maison, et tous sont tes gardiens.
Tu es la mère, et tous sont tes enfants.

Ne considère pas cet homme qui a maintes connaissances
Considère sa fidélité, comment sont sa fidélité et sa soumission.
S’il peut être fidèle à ses engagements
L’homme vaut mieux que tous les attributs que tu peux lui conférer.

Dans mon coeur et en dehors de mon coeur, il n’y a que Lui
Dans mon corps, la vie, la veine et le sang ne sont que Lui.
Comment seraient ici possibles l’incroyance et la foi ?
Nul doute s’est dans mon être, puisque tout est Lui.

L’amour est venu et a brisé mon repentir
Comme du verre. Qui peut le raccommoder ?
S’il y a un raccommodeur, c’est aussi l’amour:
Il n’est pas possible de fuir la brisure et la réparation.

Podcast et intermède musical: Les grâces de l’amour

Haut de page

Le jeûne

Le jeûne est une, parmi les voies qui mènent à Dieu, pour nous rappeler combien grande est Sa générosité. Combien belle Sa beauté et combien illimité Son amour.
Je vous fais part de quelques quatrains de Rûmî pour nourrir nos coeurs.

Dans la roseraie je sens le parfum de tes lèvres
Je vois ta couleur dans
la tulipe et le jasmin.
S’il n’en n’était pas ainsi, j’ouvrirais mes lèvres
Afin qu’elles disent ton nom, et que je l’écoute.

Garde ce jeûne comme une corbeille
Afin que ce jeûne pour toi demande à Dieu.
L’eau de la vie rafraichit la brûlure du coeur,
Ce jeûne est comme un aiguière, ne la brise pas !

O chandelle on dirait que tu as la coutume des soufis
Car tu as six attributs des gens de la pureté :
La veille nocturne, le rayonnement du visage, la pâleur,
La brûlure du coeur, les larmes des yeux et l’éveil.

Je suis la montagne : mon écho est la voix du Bien-Aimé
Je suis une peinture : mon peintre est mon Bien-Aimé
Je suis comme une serrure dont le bruit vient de la clé :
Tu crois que est ma parole quand une parole est prononcée.

Je le nomme tantôt le vin, tantôt la coupe
Tantôt l’or pur, tantôt l’argent brut
Tantôt l’appât, tantôt le gibier, tantôt le piège :
Pourquoi donc tout cela ? Pour ne pas dire son nom..

Podcast et intermède musical: Le Jeûne

Haut de page

O Dieu ! N’emmène personne hors d’ici

Rûmî nous a laissé un héritage merveilleux sur la conscience qu’il avait de Dieu. Sur la compréhension qu’il avait acquise de l’Unité. Sur la certitude que rien n’existe hors Lui (Dieu) . Sur le fait qu’il est indiscutable « qu’ici » en Dieu, est le seul Lieu, la Source du TOUT ! C’est un superbe hommage que cet ode No 118.

La lune a tenu sa promesse d’ici :
Jamais nous ne partirons d’ici.
Ici est le secours de la vie de l’âme,
Et les yeux tirent leur joie d’ici.
C’est ici que le pied s’est enlisé dans la boue,
Comment pourrons-nous nous échapper d’ici ?
C’est ici, je le jure par Dieu, que nous avons laissé notre coeur :
O Dieu ! N’emmène personne hors d’ici !
C’est ici que la mort ne pénètre pas.
La mort est écartée loin d’ici.
Tu t’es levé d’ici, comme le soleil,
Tes rayons m’ont illuminé, d’ici.
L’âme devient verdoyante, gaie et fraiche :
C’est d’ici qu’elle trouve l’éternité, c’est d’ici.
Retire à nouveau ton voile,
Lève-toi une nouvelle fois d’ici.
C’est ici que se trouve le vin éternel,
O échanson, verse le vin d’ici.
C’est la source de l’eau de la vie,
O porteur d’eau, remplis ton outre d’ici.
Ici les coeurs ont trouvé et des plumes et des ailes,
L’intelligence a pris son essor, d’ici.

Podcast et intermède musical: O Dieu ! N’emmène personne hors d’ici

Haut de page

La divine lumière arrive onde par onde

Comment ne pas partager les merveilles de Rûmî, elles qui continuent de nourrir les âmes et d’éveiller l’esprit à la présence de la divine Lumière après tant et tant d’années ?
Le temps n’a pas d’importance dans la voie invisible, dans l’immensité de la Grande Félicité. Ouvrons nos coeurs à la divine lumière qui arrive onde par onde tout au long de notre parcours terrestre ! Ouvrons nos esprits à la réalité de la divine présence en tout, à chaque instant afin de ne pas être surpris par la peur ou la crainte quand arrivera l’heure de « se purifier de soi-même » !
Dans l’ode No 997 Rûmî parle de la relation d’amour de l’âme et du corps qui finalement reste pure lumière après la séparation….

Voici la tunique de Joseph, et voici son parfum ;
Et puis le voici lui-même qui arrive.
L’odeur du vin de rubis annonce cette bonne nouvelle ;
« Après moi, voici venir la coupe et la calebasse ».
Ton âme qui dit : « Ana-l-Haqq » est devenue Mansûr.
La divine lumière arrive onde par onde.
L’eau ne subit aucun tort de la part de la pierre,
Mais l’aiguière est brisée par la pierre du malheur.
L’eau de la vie est au-delà de la conscience la plus profonde,
Creuse un lit, car l’eau arrive au ruisseau.
Jette de l’eau sur la face de la jalousie ;
C’est cette jalousie aussi qui fait tourbillonner la poussière au gré du vent.
L’amour et l’intelligence combattent au sein de la maison ;
Leurs cris à tout instant parviennent dans le quartier,.
Tous les dons que fait l’amoureux
Finalement lui reviennent à lui-même.
Bien que la mariée ait reçu de son mari maints cadeaux,
Elle et sa dot n’appartiennent-elles pas à son époux ?
Tu as demandé au ciel un aliment du Paradis :
Lève-toi et purifie-toi de toi-même.

Podcast et intermède musical: La divine lumière arrive onde par onde

Haut de page