L’amour est venu

Poème (58) tiré des Odes mystiques, invitant à célébrer la venue de l’Amour, (Dieu) peu importe d’où nous venons, qui nous sommes, Lui (Dieu) est plus poche de chacun de nous que notre veine jugulaire! [« Viens, viens, qui que tu sois, croyant ou incroyant, viens, c’est ici la demeure de l’espoir. » (Rûmî)]

Ce roi est arrivé, ce roi est arrivé! qu’on orne le palais.
Coupez-vous la main pour la beauté venue de Chanaan!
Quand arrive l’âme de l’âme de l’âme, il ne convient pas que l’on parle de vie.
Devant lui, à quoi sert la vie, si ce n’est pour la sacrifier?
Sans amour, j’étais égaré: soudain l’amour est venu.
J’étais une montagne, je suis devenu une paille sous les pas du cheval du sultan.
Qu’il soit Turc ou Tadjik, ce serviteur est proche de lui,
Comme le corps est proche de l’âme: mais le corps ne la voit pas.
Oh! joie! mes compagnons, le bonheur est arrivé, voici le moment de donner des robes d’honneur.
Un Salomon siège à nouveau sur son trône pour chasser Satan.
Bondis hors de ta place! Pourquoi rester immobile? Pourquoi être sans initiative?
Si tu ignores le chemin du palais de Salomon, interroge la huppe.
Fais là tes prières, exprime tes secrets et tes voeux.
Salomon comprend même la langue des oiseaux.
La parole est du vent, ô serviteur! Elle disperse le coeur,
Mais Dieu lui ordonne de réunir tout ce qui était dispersé.

L’intermède musical est tiré de l’album : Dance into Eternity  Podcast: L’amour est venu

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *