La joie est cachée sous le chagrin

Cache-t-on un trésor d’or en un endroit connu? non! Le Mathnawî livre III,1134 nous dit:  » Comment déposerait-on un trésor dans un endroit connu? c’est pour cela qu’il est dit: « La joie est cachée sous le chagrin ». Si tu désires trouver la joie, d’abord il te faudra libérer le chagrin! « L’amour de Dieu est un feu qui consume les difficultés: la lumière du jour chasse tous les fantômes. Cherche la réponse en ce même lieu d’où t’est venue la question. ». (Mathnawî III,1137)
Lorsqu’une question te taraude l’esprit, c’est que la réponse est déjà en toi, cachée, bien enfouie sous la question. C’est généralement pour des questions cruciales ou que nous considérons comme telles, que nous peinons à entendre la réponse tout au fond de nos coeurs. Nous entendons en principe beaucoup plus clairement pour les autres, c’est pour cette raison en partie, que nous avons tendance à nous tourner vers l’extérieur pour trouver réponse qui nous satisferait! La véritable réponse toutefois n’est nulle part ailleurs (qu’à l’intérieur!) Lorsque nous sommes prêts à entendre la vraie réponse, alors la joie se révèle.
Quand un jour Majnun, ce fou de Dieu, vint frapper à la porte de sa bien-aimée Leyla, elle lui demanda de derrière sa porte close:
– « Qui es-tu? »
– « C’est moi » répondit-il
– « vas-t’en » lui dit-elle, il n’y a pas de place ici pour deux « moi »
Il partit triste et chagrin dans le désert et y resta une année à méditer sur cette réponse, puis il revint frapper à la porte de Leyla. A sa demande :
– « Qui es-tu? » il répondit:
–  « c’est toi »
– « Entre » lui dit-elle
Sache que le monde de l’Unification est au-delà des sens.

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *