Dans la mer divine

Rûmî à travers l’Ode mystique No 77 nous invite à méditer sur le sens de l’Esprit. Sur ce qui Le rend vivant, sur son lieu de résidence. Il nous interpelle sur la nature du véritable Trésor et nous rappelle que « l’eau de la vie » est la véritable Eau qui nous donne la vie éternelle.

Pour faire grandir l’esprit, il faut l’eau de la vie ;
Dans la mer divine, le poisson doit être l’âme tout entier.
Puisque cette ruine d’eau et d’argile est devenue la demeure du hibou,
Comment un tel lieu conviendrait-il au vol du homâ
?
Devant l’éclat de ce bonheur, les yeux seront éblouis :
N’attire pas de ce côté l’aveugle porteur d’une canne.
Si tu es de pur aloi, pourquoi t’éprendre de la monnaie de billon ?
A quoi bon penser aux trésors qu’on distribue ?
Celui qui est affligé sait où se trouve l’équité :
Que cent coeurs soient sacrifiés à cette vie éternelle !
Le coeur ne vaut pas moins que le fer ; or, n’est-ce pas le fer qui connait
L’aimant en qui se révèle la faculté d’attirer l’acier ?
La raison est venue dans le monde terrestre à la recherche de l’amour ;
Pour celui qui manque de fidélité et de sincérité, la raison est inutile.

Intermède musical de Music of Turkey by Kudsi et Süleymann Erguner   Podcast : Dans la mer divine

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *